Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/609

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
463
ZEND-AVESTA : VISPÉRED. — KARDA 8
Nous sacrifions au Grand Maître, Ahura Mazda, qui est suprême en sainteté, qui est le plus prompt aux œuvres de sainteté.

Nous sacrifions à toutes les paroles de Zarathushtra.

Nous sacrifions à toutes les bonnes actions, faites et à taire.

Yènhê hàtàm.

Yathâ ahù vairyô (Ràspi, Zôt).


_____________________




KARDA 8 (SP. 9)


Le Râspî, à gauche du Zôt, dit :


1. De cette parole enivre-toi 1 [1]!
De sa voir note 1 parole réjouis-toi 2 [2], ô saint Ahura Mazda !
Avec les bonnes divinités, les Amesha-Speñtas, les bons souverains, les bienfaisants, qui sont par cinquantaines, par centaines, par milliers, par dizaines de mille, en nombre infini et plus encore 3 [3].


Il se rapproche du Zôt et, debout en face du feu, dit :


2 [4] 4 [4]. Hukhshathrôtemâi. — « La souveraineté qui nous vient du meilleur des souverains, nous la prenons, nous la donnons, nous l’exerçons, comme appartenant à Mazda et à Asha Vahishta » (3 fois).


Suivent le Hâ XVIII (dàidi môi) et les trois Hâs du Baghân Yasht.


_________________________


.

  1. 1. madhayañha, de mad, cf. masta « ivre ». Le pehlvi a masîh que Frâmjî traduit buzurgî « grandeur » ; mais s n’est qu’une transcription du dh zend, de sorte que masîh madh-îh, abstrait de madh. — « Cette parole », aêta vaca, est celle du Râspî qui parle ; « sa parole », ahè vaca, est celle du Zôt qui a eu la parole précédemment.
  2. 2. señdayañha, khorsandîh « joie », cf. vahmô-señdah « qui se réjouit de la prière » (Yt. X, 25) ; de là le persan pasand, formé du préfixe archaïque pa.
  3. 3. Amesha-Speñta est pris ici dans son sens général, comme épithète des dieux, qui sont tous immortels et bienfaisants ; cf. p. 9, note 14.
  4. 4. Un des Thrishâmrût (Vd. X, 8), tiré du Yasna Haptaňhâiti : Y. XXXV, 5, 13.