Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
238
ANNALES DU MUSÉE GUIMET


pas du feu, à trente pas de l’eau, à cinquante pas des faisceaux consacrés de Baresman.

5 (13). Et tu creuseras un trou profond, d’une dishti si la terre est dure, d’une vîtasti si la terre est molle % et tu y déposeras les cheveux en prononçant à haute voix ces paroles victorieuses : C’est pour lui en récompense que Mazda Ahura a fait pousser les plantes’-'.

(H). Puis tu creuseras à l’enlour avec un couteau de métal trois sillons, six sillons, ou neuf sillons ’», et tu prononceras l’Ahuna Vairya trois fois, six foison neuf fois.

ri

7 (10). Pour les ongles tu creuseras un trou en dehors" de la maison, ayant la profondeur de la dernière phalange du petit doigt, et lu y déposeras les ongles en pronongant ces paroles victorieuses : Les choses que les très purs proclament par Asha et Vohu Manô ’-. 8 (24). Puis lu creuseras àl’entouravec une couteau de métal trois sil- 8’. De dix doigts en terre dure, de douze doigts en terre molle. — disbli est défini dans le Farlmmj zend-pehlvi. p. 41, comme une mesure de 12 doigts ; mais étant placé entre la vitasfi, qui est de 12 doigts, et l’uz-aslita, qui est de 8, il est clair qu’il faut corriger 12 en 10, comme le fait la traduction anglaise. 9. at aliyâi ashà inàzdâo urvarâo valilisliat (Yasna XLVllI, 6 c). Vers des Gàttias interprété symboliquement : les plantes dans le microscome sont la chevelure de la terre : « La peau, dit le Grand Bundahish, est comme le ciel, la chair est" comme la terre, les os comme les montagnes, les veines comme les fleuves, le sang dans le corps comme l’eau dans la mer, les poils comme les plantes, les parties plus velues comme les forêts (mût cigûn vrvar, taniman aîgh mù’i vês/i rôst yalcôyamîinêt dgûn vêshak) ».

10. Pour enfermer leur force de mal.

11. nisblara-iiaèinàt, s’oppose à aûtare-naèmàj, à <c l’intérieur» Yasna LVII, 21). 12. asliâ vohù mananhà yâ sruyê paré majjacinù (Yasna XXXlllI, 7 b). Vers des Gàthas qui n’a rien à faire avec les ongles, même par symbolisme : il n’y a qu’un jeu de mot sur sruyè, qui est ici une forme verbale de sm {srût ydkàt/amtmél), mais peut être aussi une forme nominale de srva, ongle, l^e vers semble ici déloui’ué dans le sens suivant : « Asha avec Vohu Manu, ces ongles de pur [sont pour vousl ».