Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
8
ANNALES DU MUSÉE GUIMET

Angra Mainyu, plein de mort, réponditen créant ce fléau : la sauterelle, mortelle aux troupeaux et aux plantes

III

G (17). Le troisième des lieux et des pays excellents que je créai, moi, Ahura Mazda, fut la forte et pieuse Môuru 12 .

Angra Mainyu, plein de mort, répondit en créant ces fléaux : le pillage et l’immoralité 13 .

IV

7 (21). Le quatrième des lieux et des pays excellents que je créai, moi, Ahura Mazda, fut la belle Bâkhdhi u , aux étendards haut levés 15 .

11. skaitim yàm gavaca dayaca pouru-makrkein. — Le Grand Bund. a: « Lui vint pour fléau la sauterelle mauvaise (kamcâ sarllar)-, la sauterelle dévore sans cesse les herbes, et la mort vient aux troupeaux. » Nous traduisons donc skaitim par kamcâ (le Vd. pelilvi a mcg, qui a le même sens) et daya par giyâh (Yd. pehlvi : jôrtàk , vâstar), « grains, herbes ».

12. Mùururn, Marv; v. p. Margu, p. ^ : Merv et la Margiane (Mapy.avr,). — sùrem asliavanem, c’est-à-dire « qui fait beaucoup les œuvres de justice » (Grand Bd. aîghash kâri ddtistân kabad s/iam [lire dar avec le Yd.] Icunad.

13. maredliâmea vîthushàmca; le Grand Bundahish a : « Lui vint pour fléau grand mouvement de troupes (spâh ravishn acs/t); car toujours là beaucoup les cavaliers font mauvais commerce, ainsi que les larrons, les brigands, les hérétiques aux paroles menteuses, oppresseurs des justes » [mâ hamvâr asûbardn tamman vêsh obdùnd dûshak marz dûjân stahmakân aharmôkàn anâst gavishnân ahlav bêshân). Il nous est impossible de rien tirer du Vendidad pehlvi qui, on le voit par la comparaison avec le passage précédent, est visiblement corrompu. Il n’est pas facile non plus de retrouver le rapport du texte zend avec la glose du Bundahish : il semble pourtant que pour l’auteur delà glose uiarcdha est un abstrait de mairya, « voleur de grand chemin, bandit » et fait allusion aux pillards de la steppe, précurseurs des Turcomans de Merv, mis à la raison naguère par la Russie; vithusha répondrait à dûshak marz. Frâmji entend par dûshak marz le commerce sexuel illégitime, l’adultère.

14. Bâkhdhi, corruption de la forme ancienne Bàklitri, Bdbccpa, sur le chemin de la forme moderne Balkh pehlvi Bâkhl (dh zend — l\ cf. malakh de madhakha; transcription sanscrite : Bàhli, Bâlhi). srîràm, « la belle »; Bactres a longtemps conservé ce nom: Masoudi l’appelle encore L*J-1 ‘Ji (II, 121); dans la vieille poésie persane, srira, ayant disparu de la langue, est remplacé par l’épithète de bdmî brillante (zend bâmya).

15. eredhwô-drafshâm. Grand Bd. « les hommes là portent l’étendard avec énergie » (martûmî tamman drafshpun tûkhshâkîh yakhsûnand).