Page:Annales du Musée Guimet, tome 6.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
15
LALITA VISTARA. — CHAPITRE III

CHAPITRE III

Ainsi, religieux, le Bôdhisattva, bien excité par ce temps de la Loi, sortit du grand char céleste, et s’étant arrêté au lieu où était le grand palais Dharmôtchaya, il enseignait la Loi aux dieux Touchitas. Puis le Bôdhisattva étant entré dans ce palais, s’assit sur le trône appelé Bonne Loi.

Cependant tous les fils des dieux qui partagent la fortune du Bôdhisattva, et se tiennent dans le même Véhicule, entrèrent aussi dans le palais. Rassemblés des dix points de l’espace, les Bôdhisattvas qui suivent la même ligne de conduite que le Bôdhisattva et ces fils des dieux, étant, tandis que se retiraient les troupes d’Apsaras et les dieux inférieurs, entrés dans ce palais, et formant une assemblée unie dans une même pensée de profond recueillement, au nombre de soixante-huit mille Kotis de personnes, s’assirent, comme il convenait, chacun sur son trône.

C’est alors, Religieux, qu’il fut dit : Dans douze ans le Bôdhisattva entrera dans le sein d’un mère.

Cependant les fils des dieux Çouddhâvàsakâyikas étant allés dans le pays du Djambou, et ayant fait disparaître leur beauté divine, sous l’habit d’^ Brahmanes, feuilletaient les Védas et les Brâhmanas, Quelle que soit la figure de celui-ci, quand il entrera dans le sein (d’une mère), il sera doué des trente-deux signes du grand homme. S’il en est doué, sa voie sera double et non triple. Si celui-ci demeure au milieu de sa maison, ce sera un roi