Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
58
brun de la montaigne

Et si l’ont salué du haut Roy de lassus ;
1675Et il les enclina les grans et les menus,
Et puis fist comander que chascuns seïst jus.
Dont par le palès fu chascun [tous] esmeüs
Par quoy pour lui seoir puist estre pourveüs
Sus les tapis de soye en la sale estandus.
1680Quant chascuns fu de siege ou chastel pourveüs,
Adont parla Butor, que bien fu entendus,
Mais si tost com l’oy chascuns s’est quoys tenus,
Et si fu chascun d’eus plus simples et plus mus
C’onques ne fu nonnain en habit de reclus.

XCV[1]

1685(f° 37)Quant chascuns fu asis sur les tapis de soie,
Butor parla en haut, bien veut que chascun l’oie,
Et leur a dit : « Seigneur, se li vrais Diex me voie,
« M’antente et mon semblant bien vous descouverroie,
« Que vous le feïssiés, mais trop courciés seroie,
1690« Se devant tant de bons mon langage perdoie.
— Sire, » ce dit Bruians, « par Dieu, je loeroie
« Que vous dites vo gré, car nés .j. que je voie
« Ne vous en desdira, bien en responderoie.
— Vraiement, » dit Butor, « et se je le cuidoie
1695« A tous jours de mon cuer en son vous ameroie,
« Ne jamais en ma vie a vous je ne fauroie.
« Mais d’ore en avant mais chascun otrieroie
« Tout quanques il vourra, se Jhesu me doint joie.
— Sire, » ce dit Bruians, « et je de moy otroye
1700« Tout quanques vous vourés, se grant grief i avoie,
« Et que se par devant tout de vrai le savoie
« Soiés ent tout certains que ja je n’en fauroie,
« Se les membres du cors .j. a .j. y perdoie ;
« Mais dites vo plaissir, car mes cuers si otroie. »

  1. — 1688. Lacune après ce vers ? — 1693. desdirai. — 1698. quenques. — 1702. Ent, ms. ant.