Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

appela à lui le jeune homme en souriant et lui dit tendrement : « Chevalier, » dit-il, « tu es un héros vaillant, fort et courageux ! Je sais maintenant, car je l’ai vu réellement, que tu es solide et fort contre tes ennemis. Maintenant tu resteras avec moi, tu posséderas ma terre et mon domaine, car il ne te convient pas de m’abandonner dans mes vieux jours, et de servir des gens étrangers. » « Sire, » dit le jeune homme, « votre langage m’étonne : vous avez juré et fait serment que je ne dormirais pas dans votre demeure, d’ici à nombre d’hivers. Par le saint apôtre que vont trouver les pèlerins, si on me donnait tout l’or de Saint-Martin, je ne resterais pas à ton service, tant je l’ai fortement juré ! » Quand sire Julien entendit ces mots, il s’élança sur lui, et dit : « Mauvais fils de putain, tu es mon vassal ; de rien j’ai fait de toi un homme. Je vais te faire saisir et jeter en prison ; là tu y resteras quatorze hivers, puisque tu préfères à mon service celui de gens inconnus. Tu cherches toi-même tes malheurs ; jamais tu ne reviendras dans le pays ou dans le domaine, pour y gagner même un denier avec honneur. Il en sera ainsi, car mon cœur me le dit. Va maintenant où tu voudras ! »

Élie partit irrité et affligé. Quand le vieillard le vit s’en aller, il soupira de tout son cœur et pria le Dieu tout puissant de l’aider et de le protéger. Il appela alors Aimer [1] et Tierri [2] et le comte Agamer, et leur parla ainsi d’un air pensif : « Hommes, » dit-il, « suivez-le, et, je vous en prie par amour, soyez ses défenseurs, car il est encore jeune et enfant. Mais s’il devient raisonnable, il accomplira de grands exploits, s’il a le courage qu’il faut qu’il ait et qu’il semble devoir posséder. Emmenez avec vous Gillimer [3] de Corin, Agamer de Lesam et le brave Auberi [4]. Si vous marchez tous ensemble, celui-là s’attirera de la honte, qui voudra faire mal à l’un

  1. A Aemer.
  2. A Terri.
  3. A Gifmer.
  4. A Aeltri.