Page:Anonyme - L’Alpha de la république, 1848.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


est la condition suprême de tout établissement. L’arbre a besoin de temps pour produire des fruits ; donnons le temps à l’arbre de la république, et il portera des fruits abondants et savoureux, tels que : la suppression des impôts qui pèsent sur les matières premières, l’abolition des sinécures, la justice à bon marché, l’instruction gratuite, la nécessité pour tous les citoyens de se rendre utiles à leur pays, une loi de conscription qui n’enlève plus aux champs les bras, déjà si peu nombreux, qui les font valoir, l’agriculture efficacement encouragée, l’association entre le fabricant et le travailleur ; en un mot, toutes les améliorations que comportent les ressources et la civilisation de la France.

D. Comment toutes ces améliorations pourront-elles se réaliser ?

R. Par le choix de bons représentants, capables de comprendre les besoins de leur pays, et jaloux de lui assurer une nouvelle ère de prospérité et de grandeur, par le sacrifice des intérêts particuliers aux intérêts généraux, par le concours de tous au bien public, par l’adoption franche de la république, par la pratique de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.


III.


D. En quoi consiste la liberté ?

R. Dans le pouvoir de faire tout ce qui est bien, dans la faculté d’exercer à son profit, ou au profit d’autrui, toutes ses