Page:Antoine Loysel, Institutes coustumieres, 1607.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
LIVRE III. TIT. V.


XXI.

Mais en emphyteoſe & rentes foncieres venduës y a retraic‍t, & non en rente racheptable.

XXII.

L’eſchange eſt reputé frauduleux quand l’vn des contrac‍tans ſe retrouue iouyſſant dans an & iour de la choſe qui auoit baillée en contreſchange.

XXIII.

En rentes foncieres venduës ſeroit-il pas raiſonnable preferer les debteurs d’icelles, ſuiuãt quelques couſtumes ?

XXIIII.

Biens confiſqués ne ſon ſubjets à retraic‍t.

XXV.

Tant que celuy qui n’eſt en ligne a des enfans qui ſont en ligne, retraic‍t n’a lieu.

XXVI.

Voire la ſeulle eſperance d’auoir des enfans, & le lien de mariage conſeruent le droic‍t de la ligne.

XXVII.

Mais tous les enfans eſtans decedés, & l’eſperance faillie il y a lieu de retraic‍t dans l’an & iour du dernier decedé.

XXVIII.

Heritages vendus par decret ſont neantmoins ſubjets à retraic‍t.

XXIX.

Retraic‍t lignager ne ſe recognoiſt à quartier.

XXX.

Et pour ce quand pluſieurs heritages ſont vendus par vn meſme contrac‍t, & par vn meſme prix, deſquels les vns ſont ſubjets à retraic‍t, les autres non, il eſt au choix de l’acquereur de delaiſſer le tout, ou ceux de la ligne ſeullement.

XXXI.

Mais le ſeigneur n’eſt contraignable prendre ce qui n’eſt de ſon fief.

XXXII.

Le retrayant n’eſt tenu payer que le prix, frais, & loyaux