Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 4.djvu/237

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

92 kilogrammes ; celui d’Ensisheim (1492, page 189) pesant 138 kilogrammes. L’aréolithe tombé en 1810 à Santa-Rosa, dans la Nouvelle-Grenade (voir plus haut, p. 196), sur le chemin de Pamplona à Bogota, et dont on doit la description à MM. Boussingault et Mariano de Rivero, pèse 750 kilogrammes ; son volume est à peu près le dixième d’un mètre cube. Aux environs du lieu où cette masse est tombée, les deux savants voyageurs ont trouvé plusieurs fragments météoriques ayant une composition analogue à celle de la masse principale, savoir 92 de fer et 8 de nickel. Cette grande masse, dont nous devons le dessin (fig. 326) à l’obligeance de M. Boussingault, avait une forme irrégulière et caverneuse, sans aucun enduit vitreux. Lorsqu’on la découvrit, elle était presque complétement enterrée ; une pointe de quelques centimètres de hauteur seulement paraissait à la surface du sol.


CHAPITRE V

des bolides


Les globes de feu ou bolides apparaissent subitement et disparaissent tout à coup après avoir répandu une brillante lumière pendant quelques secondes. Leur forme est circulaire et ils présentent un diamètre apparent sensible. Ils illuminent l’horizon d’une lumière un peu plus faible, en général, que celle de la Lune. Souvent ils laissent derrière eux une sorte de traînée visible pendant un temps plus ou moins long. Quelquefois ils éclatent en