Page:Archives curieuses de l’Histoire de France, série 1, tome 7.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sœur, marrie de ce que tout l’héritage ne luy pouvoit demeurer, vint trouver le seigneur de Biron à l’Arcenal, où il estoit logé, feignant d’estre bien aise que son frère fust eschappé et disant qu’elle desiroit le voir et le faire penser ; mais le seigneur le Biron, qui s’apperceut de la fraude, ne luy voulut descouvrir, luy sauvant par ce moyen la vie[1].

Le président de la Place[2], homme fort docte, et rare, fut à coups de hallebarde mené jusques à la Seine, tué et jetté dans l’eau. Autant en fut fait à Pierre Ramus, lecteur publique du Roy, à l’avocat de Chappes aussi et à l’Oménie, secrétaire du Roy, après luy avoir fait faire (sous promesse de luy sauver la vie) donaison du plus beau de son bien et résignation de son estat de secrétaire. Plusieurs autres furent massacrez de mesmes, desquels je ne sçauroy dire les noms.

Les commissaires, quarteniers et dizeniers de Paris, alloyent avec leurs gens de maison en maison, là où ils cuidoyent trouver des huguenots, se faisant ouvrir les portes par le Roy, et vengeant sur povres artisans, jeunes, vieux, femmes et enfans huguenots, leur conspiration prétendue, sans avoir esgard à sexe, aage ou condition quelconque, estans à ce faire animez et induits par

  1. Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, dont il est ici question, était né en 1559. Il brilla à la cour de Henri IV et de Louis XIII, fut fait pair et maréchal de France, et mourut à Bergerac, en 1652, âgé de quatre-vingt-treize ans. Le récit très connu de sa délivrance miraculeuse est inséré dans le Mercure de novembre 1765 et dans le recueil de la Place : Pièces intéressantes pour servir à l’histoire, etc.
  2. Pierre de la Place, né vers 1590, à Angoulême. Il avait connu Calvin à Poitiers, et, en 1560, il embrassa ouvertement la religion réformée. On a de lui plusieurs ouvrages de philosophie et d’histoire, entre autres Les Commentaires de l’état de la religion et république sous les rois Henri II, François II et Charles IX ; 1565, in-8°.