Page:Archives israelites 13.djvu/424

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A10 · nenrvn die combien j’ai été touché des témoignages si bienveillante de sympathie et de considération dont vous aves bien voulu m’he- noter, ainsi que ma famille. Je sais, Messieurs, que toute bb qu’il y a quelque bien à faire, on est assuré d’avanoe de votre con- cours et de votre ardente sollicitude, et j‘y comptais bien ; mai je n`en suis pas moins reconnaissant de la oonséorration si lat- teuse que vous avez bien voulu donner à mes elïorts. Le souve- nir en restera gravé dans mon cœur, etje riens vous prier encore d‘en recevoir mes plus sincères rernerclments. Veuillez agréer , Messieurs, l’assurance de mes sentiments de haute estime et de parfait dévouement. n ‘ Baron Inns nn Roruscnrtn M. de Rothschild a accepté la présidence de l’administrationîor·- née pour s’occuper des intérêts du nouvel établissement. Cette commission est composée de trois membres du Corssistoire, outre le Grand-Rabbin, MM. 0. Dupont.,G. Halpheu et Ad. Israël; de triis membres du Comité Consistorial, MM. Jéramec, docteur Has et Astruc, et de trois membres nommés par M. de Rotltschiltls MM. Léopolp Javal, Alph. de Rothschild et Alb. Cohn. MM. Alph. de Rothschild et C. llulpheu ont été nommés vice- présidents, et M. Alb. Cohn, sécrétaire. ··-M. Albert Cohn vient de faire au comité consistorial dont il est membre, un don de 10,000 francs, avec la destinaüon d’étre employés i des prets en faveur de personnes qui, moyen- nant de petites sont es, peuvent se relever sans recourir i la bien- faisance publique. En confirmant par écrit eetteîotîre, M. Cohn dit qu’il a été guidé dans cette circonstance par ce dicton de nos docteurs 'IDH DVD! I'lP'|!I'l [D '1l'l'l’ Relever Vhomme vaut mieux que répandre des au- mônes, et il désire que ce dicton devienne la devise des écritures ayant rapportà cette partie des travaux du comité. L’on ne saurait trop applaudir à tant de générosité. - Sur la demande de l'honorable M. Werth, de Sainte-Marie- - aux-Mines, M. le ministre de l’intérieur vient d`accorder 800 fr. à l’école de travail de Mulhouse. L’école de Mulhouse a déjà rendu d'immenses services; elle est appelée à en rendre encore. Tous les hommes de bien dans le pays désirent qu’au lieu de créer à Colmar une nouvelle école de ce genre et de diviser ainsi le concours nécessaire â cette œuvre utile de regénération israélite, ces deux établisse- ments n`en formentqu’un, mais considérable,pouvant admettre un nombre plus grand d‘enfaats, et que l‘on continue sur une plus grands éobellsee qui asi bien réuni àltulhouss. Digitized ny Googie