Page:Archives israelites 1851 tome12.djvu/308

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


298 ment ves Ciel, tout ce qui la fait grande; vous la dépouillez de son es- sence même, de son caractère propre, qui est la FOI! la foi pure et candide, qui croit a son Dieu comme elle croit à son père et à son pays; qui croit parce qu’elle aime, qui croitqparce qu’eIle espère, qui croit, en un mot, parce qu’elle croit, et qui ne vous demande pas de preuves! , _ ` En vérité je vous le dis: tant que vous n’aurez pas à votre disposition la verge des miracles ou la foudre du_Sinai', vous ferez tout aussi bien de vous taire. . Vous réussirez peut-être à séduire un homme, vous ne sé- duirez pas tout u n peuple. _ _ ` Vous pourrez faire des renégats, vous ne ferez point de pro- sélytes. _ A ,. _ _ _ En sollicitant, l’ambition, l’intérèt, les passions, l’ignorance, vous parviendrez peutsètre à débaucherun juif: vous n’aurez pas pour cela embauché un chrétien (1). _ _ Laissez donc Dieu faire lui-même son œuvre. Pygmées que nous sommes tous, ce n’est ni à vos mains _ni aux nôtres que cette tâche est réservée. _ _ _ _ Nous sommes loin d’avoir épuisé ce grave sujet, dont nous avons à peine eftleuré les sommités; peut··étre y reviendrons; nous plus tard. ~En attendant, et peur ûnir par une autorité qui vous est chère, Iaissez·nous vous rappeler. que sur la même pa ge où l’Évangile a stigmatisé la manie du prosélytisme (2), il nous gloritie par cette parole qui est notre devise, et que nos martyrs ont scellée de leur sang: · . « Celui qui aura persévéré jusqu’a la fin, sera sauvé (3). » L. WOGIJE, g. g. r. — (I) C’est le ens de rappeler la plaisante repartie d’un brave Music, bien connu sous le nom de %Jt0tb=@b···. à cetteiapostrophe d’uu proadty- tomanez « Eh bien! père H., voilà encore un des vôtres qui vient d’entrer dans nos rangs! que dîtes-vous de la conversion de M**• P — Ce que j’en dis ? C'est que vous comptez à présent un mauvais sujet de plus, et nous un mauvais sujet de moins. » (2) « Malheur à vous, qui parcourez la terre et la mer pour faire un prosélyte, et le rendez ensuite digne de la gèhenne deux fois plus que vous! ¤ Matth. xxm, 15. — ( (3) Ibid. xx1v,l3. - — . · ·· ·~ -’