Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’ils ne cédassent pas à ce vœu. Le 13 juillet, il reçut sa sanction dans les assemblées paroissiales.

Mais le comte de Peinier, irrité par les actes orgueilleux de l’assemblée générale, qui annulaient son autorité, prononça sa dissolution le 27 juillet. L’assemblée provinciale de l’Ouest et le comité du Port-au-Prince, s’agitant contre cette proclamation de dissolution, le gouverneur ordonna à Mauduit, colonel du régiment de cette ville, de dissoudre le comité par la force des armes. Cet événement eut lieu dans la nuit du 29 au 30. Mauduit y enleva les drapeaux de la garde civique des blancs, qu’il fit porter chez lui. Cet outrage, fait aux blancs du Port-au-Prince, dont plusieurs périrent dans l’action, lui valut une haine implacable de leur part. Nous verrons ce qu’il en recueillit.

Le gouverneur et Mauduit avaient imaginé déjà la formation d’un corps de contre-révolutionnaires, composé principalement des fonctionnaires publics. Ils lui donnèrent un signe de ralliement, en faisant porter à ses membres un pompon blanc. Les partisans de l’assembléede Saint-Marc se distinguèrent par un pompon rouge, comme signe de la révolution coloniale. La cocarde tricolore fut dès lors négligée.