Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ENVOYÉ.

Toute la pleine lune ; puis il revint chez lui. Il nous reçut alors, et il nous servit des bœufs entiers, sortant du four.


DIKÆOPOLIS.

Et qui a jamais vu des bœufs cuits au four ? Quelles bourdes !


L’ENVOYÉ.

Mais, de par Zeus ! il nous fit servir un oiseau trois fois plus gros que Kléonymos, et dont le nom était « le hâbleur ».


DIKÆOPOLIS.

Est-ce donc pour tes hâbleries que tu touchais deux drakhmes ?


L’ENVOYÉ.

Et maintenant nous vous annonçons Pseudartabas, l’œil du Roi.


DIKÆOPOLIS.

Puisse un corbeau te crever le tien d’un coup de bec, toi, l’Envoyé !


LE HÉRAUT.

L’œil du Roi !


DIKÆOPOLIS.

Par Hèraklès ! Au nom des dieux, dis donc, l’homme,