Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



DIKÆOPOLIS.

Deux drakhmes à ces châtrés ! Gémis, peuple de marins, sauveurs de la ville ! Ah ! malheureux, c’est fait de moi ! Les Odomantes m’ont volé mon ail. N’allez-vous pas me rendre mon ail ?


THÉOROS.

Malheureux, ne te mesure pas avec des hommes bourrés d’ail.


DIKÆOPOLIS.

Vous souffrez, Prytanes, que je sois traité de la sorte dans ma patrie, et cela par des Barbares ! Mais je m’oppose à ce que l’assemblée délibère sur la solde à donner aux Thrakiens. Je vous déclare qu’il se produit un signe céleste : une goutte d’eau m’a mouillé.


LE HÉRAUT.

Que les Thrakiens se retirent ! Ils se présenteront dans trois jours. Les Prytanes lèvent la séance.





DIKÆOPOLIS.

Oh ! malheur ! Que j’ai perdu de hachis. Mais voici Amphithéos, qui revient de Lakédæmôn. Salut, Amphithéos !


AMPHITHÉOS.

Non, pas de salut ; laisse-moi courir : il faut qu’en fuyant, je fuie les Akharniens.


DIKÆOPOLIS.

Qu’est-ce donc ?