Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je veux un produit qui ne soit pas chez nous et qui abonde ici.


DIKÆOPOLIS.

Je sais alors. Emporte un sykophante, emballé comme de la poterie.


LE BŒOTIEN.

Par les Jumeaux ! j’aurais grand profit à en emmener un. Ce serait un singe plein de malice.


DIKÆOPOLIS.

Voici justement Nikarkhos qui vient dénoncer quelqu’un.


LE BŒOTIEN.

C’est un bien petit homme !


DIKÆOPOLIS.

Mais il est tout venin.


NIKARKHOS.

À qui sont ces marchandises ?


LE BŒOTIEN.

À moi. De Thèbæ, Zeus m’en est témoin.


NIKARKHOS.

Et moi, je les dénonce comme ennemies.


LE BŒOTIEN.

Quel mauvais instinct te pousse à guerroyer et à batailler contre des oiseaux ?


NIKARKHOS.

Je vais te dénoncer toi-même en sus.