Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nastique et je me donne des coups de talon dans le derrière.


LYSISTRATA.

Que tu as donc une belle gorge !


LAMPITO.

Vous me tâtez comme une victime.


LYSISTRATA.

Et d’où est cette autre jeune fille ?


LAMPITO.

C’est, par les Gémeaux ! une noble Bœotienne, qui vous arrive.


LYSISTRATA.

De par Zeus ! la Bœotienne a un joli jardin.


KALONIKÈ.

Eh oui, de par Zeus ! très soigné et gentiment épilé.


LYSISTRATA.

Et quelle est cette autre enfant ?


LAMPITO.

Une fille de bonne maison, par les Gémeaux ! une Korinthienne.


LYSISTRATA.

De bonne maison, de par Zeus ! comme toutes celles qui nous viennent de là.