Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE II, CH. X, § 21,

��!>t)5

��qu'on se met en voyage , si c'est en effet en vue de faire cette recette qu'on s'est mis en route. Voilà conunent les gens qui n'ont aucun but sont incapables de délibérer.

§ 20. Nous pouvons donc établir' que l'homme, dans une chose qu'il dépend de lui de faire on de ne pas faire, quand il la fait ou l'évite de son plein gré, la fait ou s'en abstient sciemment et non par ignorance ; et nous faisons en effet beaucoup de choses de ce genre, sans y avoir pensé ni réfléchi préalablement. Une conséquence nécessaire, c'est que l'intentionnel est toujours volontaire, tandis que le volontaire n'est pas toujours intentionnel ; en d'autres termes, toutes les actions intentionnelles sont volontaires, tandis que toutes les actions volontaires ne sont pas intentionnelles. § 21. Ceci nous prouve en nîême temps que les législateurs ont eu raison de diviser les actes et les passions de l'homme en trois classes : volontaires, involontaires, préméditées ; et, bien qu'ils n'aient pas dû se piquer d'ane parfaite exactitude, ils n'ont pas laissé que de toucher en partie la vérité. ÎMais ce sont là des questions que nous traiterons dans l'étude de la justice et des droits.

��la 1 induction de M. Cousin, et p. l.'î dp la tradndion de MM. Pierron et Zévort. La cause finale est la ((ua- trième des causes reconnues par Arislotc.

§ 20. De son piein gré. II serait peut-êlre mieux de dire : «en con- naissance de cause», afin que l'op- pnsilion fût plus évidente. — Le vo- lontaire n'est pas toujours iiileii- liounel. Parce qu'on vciil une foule

��de choses sans aucune délibération préalable, et que l'intention suppose toujours une délibération de ce genre.

§ 21. Les législateurs ont eu rai- son. Ceci est très-vrai, tandis qu'au contraire Platon blâme les législa- teurs, ainsi que je l'ai déjà fait remar- quer. Voir les Lois, livre IX, p. iti") de la traduction de M. Cousin. — Dans l'étude île la justice cl des

�� �