Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE Vil, CH. II, S 21. 371

certain point l'idée de l'intérêt ; les animaux privés l'é- prouvent pour l'homme, comme d'autres animaux l'é- prouvent entr'eux. C'est ainsi que le roitelet est lié avec le crocodile, si l'on en croit l'assertion d'Hérodote ; et les devins rapportent des associations et des accouplements pareils entre les animaux qu'ils observent.

§18. Les méchants ne peuvent. être amis les uns des autres que par intérêt et par plaisir. § 19. Et si l'on con- sidère que la première et véritable amitié n'est jamais à leur usage, on peut soutenir qu'ils ne sont pas amis. Le méchant est toujours prêt à nuire au méchant ; et quand on se nuit les uns aux autres, c'est qu'on ne s'aime pas mutuellement. § 20. Toutefois, il est certain que les méchants s'aiment ; seulement, ils ne s'aiment pas de la première et suprême amitié. jMais ils peuvent encore s'aimer suivant les deux autres : et on les voit sous l'at- trait du plaisir qui les unit, supporter les torts qu'ils se font réciproquement, exemple que donnent si souvent les débauchés. § 21. Il est vrai que ceux qui ne s'aiment que par plaisir ne semblent pas de vrais amis les uns pour les autres, quand on veut examiner ces liaisons d'un peu

��rfflji.'i /fs rtfu'mrtux. Comparaison tas- livre II, cli. 69, p. Oi, édit. de

contestable; ces rapproclieinents Fimiin Didol.

entre les animaux et Tliomme sont § 18, /..-.s mccliants... par intrrrt

presque tonjoins faux. — L'idée de et par plcnsir. Conséqneuce (wtAcnW,

l'intérêt. On ne peut pas dire que puisque l'autre espèce d'amitié exif^e

les animaux aient l'idée de leur iuté- la vertu et la suppose.

térêt : seulement, ils demeurcnî et ils «j 19. Soutenir qu'ils ne sont pas

s'attachent là où leur instinct les flwis. Ce serait réduire l'amitié à une

avertit qu'ils trouveront leurs ali- seule es|x;ce, contrairement <i ce qui

ments, et une sorte de bien-être, a été dit plus liant.

— L'a<;.<tn't on d'IIérodotr. Eulerpo, §50. Lrx méciiunts s'aiwriit. Par

�� �