Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


hU MORALE A EUDÈME.

exemple, dans la main de l'onvricr. Il n'y a pas là à vrai dire de bnt commun; car leur rapport est celui de l'âme à l'instrument; et c'est uniquement dansl'intérêtde celui qui emploie l'outil, §/i. (!eci n'empêche pas d'ailleurs qu'on ne prenne soin de son instrument, dans la mesure même où il faut le soigner pour l'ouvrage qu'on accomplit; car l'ins- trument n'existe qu'en vue de cet ouvrage. Ainsi dans la vrille, on peut distinguer deux éléments, dont le principal est l'acte même de la vrille, c'est-à-dire la perforation ; et c'est dans cette classe de rapports que l'on peut placer et le corps et l'esclave, ainsi que je l'ai déjà dit.

§5. Chercher comment il faut se conduire avec un ami, c'est au fond chercher ce que c'est que la justice. D'une manière générale, la justice ne s'applique jamais qu'à un être ami. Le juste se rapporte à certains êtres qui sont associés à un certain «titre ; or, l'ami est -un associé, d'abord par la race et l'espèce, puis par la vie commune. C'est que l'homme est non-seulement un être politique et civil ; c'est aussi un être de famille. 11 ne s'accouple pas pour un temps, comme les autres animaux au hasard, de mâle à femelle, restant ensuite dans l'isolement. Mais il faut pour son union des conditions précises comme

��l'âme n'emploie... CtUe pensée inci- pli-teiucut rendues. — Ainsi que je

denlc semble ici assez mal justifiée, l'ai déjà dit. Plus haut, ch. 9, § 3,

J'ai suivi l'édition de Berlin; p. 410.

d'autres éditions disent : « F,t même ^ 3. Qu'à un être ami. Ou qui du

l'àme est comme un instrument ». 11 moins pourrait l'être, parce que In

est possible que le texte soit altéré justice nes'cxerce réellement qu'entre

en cet endroit; mais les manuscrits des êtres égaux à certains égards. —

ne donnent pas le moyen f!e l'amé- C'est aussi un être de famille. En

liorer. d'autres termes, l'homme est fait

^ ^. l),nis la erillc. Penséc9,\ncom- essentiellement pour la société. -;-

�� �