Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


///; SOMMAIRES

Chapitul \y. — Définition du bonheur. Des divers genres de vie où la question du bonheur n'est point impliquée. — H y a trois genres de vie que l'on embrasse quand on est maître de choisir à son gré : la vie politique, la vie philosophique, et la vie de plaisir, ou de jouissances.

— Réponse et opinion d'Anaxagore sur le bonheur.

Chapitre V. — Des misères de la vie humaine ; il vau- drait mieux ne pas vivre. Belle réponse d'Anaxagore. — Opinions diverses des hommes sur le bonheur; la vertu et la sagesse sont les éléments indispensables du bonheur.

— Erreur de Socrate qui croyait que la vertu est une science ; la vertu consiste essentiellement dans la pra- tique.

C-HAPiTRE VI. — De la méthode à suivre dans ces recherches. Utilité de la théorie et du raisonnement ; mais il faut les appuyer par des faits et par des exemples. Cette méthode est utile même en politique. — Danger des digressions et des généralités ; il faut tout ensemble criti- (juer la méthode et les résultats qu'elle donne. — Citation (.les Analytiques.

Chapitre VII. — Du bonheur. — On convient que c'est le plus grand des biens accessibles à l'homme. E'homme seul, en dehors de Dieu, peut être heureux. Les êtres inférieurs à l'homme ne peuvent jamais être appelés heureux.

CHAPrrRE VIII. — Du bien suprême. Examen des théories principales sur cette question. — Réfutation de

�� �