Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


50 MORALE A NICOMAQUE.

Mais du moins il n'a pas mille couleurs, et il ne change pas d'un instant à l'autre. Il ne sera pas facilement ébranlé dans son bonheur; et il ne suffira pas pour le lui faire perdre d'infortunes ordinaires ; il y faudra les plus grands et les plus nombreux désastres. Réciproque- ment, quand il sortira de ces épreuves, il ne redeviendra pas heureux en peu de temps, et tout-à-coup, après les avoir souffertes; mais s'il le redevient jamais, ce ne sera qu'après un long et juste intervalle, durant lequel il aura pu retrouver successivement de grandes et brillantes prospérités.

g 10. Qui peut donc nous empêcher de déclarer que l'homme heureux est celui qui agit toujours selon la vertu parfaite, étant de plus suffisamment pour^^u des biens exté- rieurs, non pas durant un temps quelconque, mais pen- dant toute une vie? Ou bien faut-il encore ajouter cette condition expresse, qu'il devra vivre constamment dans cette prospérité, et qu'il mourra dans une situation non moins favorable, attendu que l'avenir nous est inconnu, et que le bonheur, tel que nous le comprenons, est une fin et quelque chose de parfaitement définitif à tous égards ? § 11. Si toutes ces considérations sont vraies, nous appel- lerons heureux panni les vivants ceux qui possèdent, ou posséderont, tous les biens que nous venons d'indiquer.

��pas mille couleurs, c'es{.\a mùme'n\(-'e vertu seule décidait souverainement

exprimée, pus haut ch. S, § ."î, par du bonheur. — Mais -pemiant toute

!a comparaison du caméléon. une vie. Autre contradiction non

§ 10. Etant de plus suffisamment moins forte; Aristote revient à peu

pourvu des biens extérieurs. Con- prés coniplîtement à "la pensée

tradiction avec ce que vient de dire de Solon qu'il combattait tout ii

Arisioto, quand il aflirmait que la l'Iirure.

�� �