Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/582

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


60 MORALE A NICOMAQUE

long que celui d'une grue, croyant avec raison que son plaisir de gloutonnerie venait du seul toucher. Le toucher, qui est le plus commun de tous les sens, est le vrai siège de l'intempérance ; et c'est là ce qui fait qu'elle doit pa- raître d'autant plus blâmable ; car, lorsqu'on s'y livre, ce n'est pas en tant qu'homme, c'est en tant qu'animal. Il y a donc quelque chose de brutal à jouir de ces plaisirs- là, et surtout à s'y complaire exclusivement. On y perd alors les plus relevés des plaisirs qui peuvent être donnés par le toucher; je veux dire, ceux que produi- sent les exercices elles frictions dans les gymnases, avec la chaleur vivifiante qu'on y puise ; car le toucher , tel qu'en jouit l'intempérant, n'est pas dans le corps tout entier ; il n'est que dans certaines parties du corps toutes spéciales.

��gourmand célèbre. Peut-être faut-il Tous les animaux sans exception

traduire simplement Philoxène, ûls l'ont ainsi que l'homme. — Les

d'Erixis. J'ai préféré l'autre sens ; exercices et les fiictions. Il est assez

Erix ou Eryx est, comme on sait, une singulier de les placer parmi les plai-

ville de Sicile; et la cuisine sicilienne sirs, et surtout d'en faire des plaisirs

avait grand renom dans l'antiquité, relevés, même pour le toucher. C'est

— Le plus commun de tous les sens, un goût particulier.

�� �