Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/897

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


soudre d’une manière bien précise, tant ces cas divers présentent de différences de grandeur et de petitesse, de mérite moral et de nécessité ?

S 3. Ce qu’on voit sans la moindre peine, c’est qu’il n’est pas possible de tout accorder au même individu. D’un autre côté, il vaut mieux , en général, savoir reconnaître les services qu’on a reçus plutôt que de complaire à ses camarades; et il faut s’en acquitter comme d’une dette envers celui à qui l’on doit, plutôt que de faire un présent a quelqu’un qu’on affectionne, S 4. Mais peut-être cette règle même n’est-elle pas toujours applicable ; et, par exemple, un homme qui a été racheté des mains des voleurs, doit-il à son tour racheter son libérateur quel qu’il soit ? Ou même en admettant que ce libérateur ne soit pas lui-même prisonnier, mais qu’il redemande le prix de la rançon payée par lui, faut-il le lui rendre plutôt que de délivrer son propre père? Car il semble que l’on doit donner la préférence à son père, non pas seulement sur un étranger, mais sur soi-même. § 5. Je me borne donc à répéter ce que j’ai dit : il faut en général payer sa dette.

rcsoudrc. Il parait au contraire que n"a rien d’impossible, mériterait d’être la solution n’a rien de difficile, et que discutée. Les circonstances particu- le simple bon sens suffit pour les Hères sont toujours d’un poids déci- Irancher de la manière la plus pré- sif; et les solutions qu’on pourrait cise. donner à ces thèses de pure invention,

§ 3. Sans la moindre peine. Ceci ne seraient peut-être pas celles qu’on semble contredire un peu ce qui pré- adopterait en réalité dans sa con- cède sur la difficulté de ces ques- duile. Aristote le dira lui-même un tions. peu |)lus bas.

§ 4. Mais peut-être... Le cas que § S. Il faut en général. Le plus cite Aristote est en effet assez em- sur en effet, dans ces matières très-

barrassant; et celle hypothèse qui délicates, est de s’en tenir à des génc-