Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



D’après cette division, tous les contes populaires en Égypte rentrent dans quatre groupes principaux.

Dans le premier groupe se trouvent les contes qui ont été introduits en Égypte à la suite des immigrations des peuples de l’Asie.

On y relève l’influence syrienne, mésopotamienne, turque et surtout persane, dont la civilisation, depuis l’antiquité, depuis l’ère musulmane surtout et jusqu’à nos jours, a été constamment dominante dans toute cette partie de l’Orient.

On peut rattacher à ce groupe les contes où les dives, les djinns, l’esprit du mal et l’esprit du bien, Dieu et Satan, les anges et les démons, jouent un grand rôle. La croyance fondamentale de ces contes est la croyance manichéenne.

Dans tous ces contes, les femmes sont blanches comme le lait et belles comme le soleil ou la lune ; leurs noms sont choisis de préférence parmi des adjectifs persans indiquant une qualité physique ou morale.

D’un autre côté, ces contes ne s’entendent