Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/259

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nouit et tomba sur le parquet en se tordant le cou, ce qui lui donna une forte douleur.

Le lendemain matin la jeune fille monta sur son arbre comme d’habitude et répéta ses mêmes questions. Le fils du Sultan l’entendit et lui dit ce qu’il lui avait dit après lui avoir joué le tour de l’assiette d’intestins.

Elle lui répondit aussitôt : « Et moi je t’ai fait perdre trente bourses, je t’ai fait abîmer quatre hommes à force de coups, je t’ai fait évanouir et presque te tordre le cou. »

Le prince comprit alors que c’était elle qui avait fait l’esclave noire.

Il la quitta et s’en alla préparer un second tour.

Il ne trouva rien de mieux, pour lui jouer son tour, que de la prendre pour femme. Il patienta jusqu’au retour du père. Le menuisier ne tarda pas à arriver, le prince alors, escorté de ses gardes d’honneur, s’en alla à sa rencontre en grande cérémonie et l’invita à passer trois jours chez lui.

Cet excès de courtoisie de la part du prince donna beaucoup à réfléchir au brave menuisier qui commençait à s’inquiéter en pensant que