Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/264

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prince partait pour une des villes voisines, elle sortit alors en hâte et se rendit chez un marchand d’esclaves en lui disant de l'amener dans la ville où se rendait le fils du sultan et de tâcher de la vendre au prince. Ils furent si prompts dans l’exécution de leur projet qu’ils arrivèrent dans la ville avant le prince et se mirent sur la voie qu’il devait suivre.

Celui-ci ne tarda pas à venir et l’acheta une seconde fois : elle fut envoyée an palais comme la première fois.

Bientôt le prince rentra dans sa ville qu’il avait quittée pour quelque temps. La première nuit il la passa dans ses appartements, tout seul : le lendemain matin il alla trouver sa femme et lui posa les mêmes questions qu’il lui avait posées le lendemain de leur mariage : « Que faut-il pour que la mariée soit considérée comme pure, etc. »; il en eut les mêmes réponses et la quitta, croyant l’avoir encore humiliée et mortifiée.

Quelque temps après il voulut se remarier et prendre une nouvelle femme : au moment des réjouissances générales, les trois enfants descendirent dans les cuisines pour déranger