Page:Asselin - Pensée française, pages choisies, 1937.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
127
DE NOS BESOINS INTELLECTUELS

Dans le Vouloir, journal mieux réputé que la moyenne, nous lisons en tête des deux premières colonnes, à propos d’un Congrès intermunicipal qu’on appelle le « Congrès des municipalités » :

MESURES SOUMISES POUR PROTÉGER NOS RUES.

Et au commencement d’une dépêche de Québec :

Il est rumeur ici (It is rumored here) dans les milieux judiciaires…

Et à côté, ce fait-divers :

Un jugement a été rendu, hier après-midi, par le juge Coderre, condamnant les trois frères Joseph, Théophile, Arthur Charest…, etc.

Et quelques lignes plus haut, dans la colonne voisine :

Ottawa, 16. — La manufacture d’allumettes Eddy vient de commencer le régime de la semaine de 43 heures et ½. Les gages (lisez les salaires) ont été augmentés en proportion (ou en raison inverse ? ) de la réduction des heures de travail.

Et encore quelques lignes plus haut, dans la même colonne :

M. Philippe Morel, un des membres de la société de protection des femmes et des enfants, a présenté, au juge Coderre, hier, une demande aux fins d’obtenir l’émission (pourquoi ne pas demander tout de suite l’émission ? ) d’un bref de « quo warranto » contre M. A. Piddington et d’autres membres de la Direction.

« Mesures soumises pour… », « Un jugement a été rendu… » : ces formes passives sont de vieilles connaissances ; Buies les dénonçait il y a quarante ans. Elles sont de la même famille que les « jeunes filles demandées » de l’industriel et les « chaussures réparées » du savetier. En d’autres termes, le