Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXXIII
BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE : ARTICLES ET ÉTUDES
ribus versibus efficitur [in eodem sono] et in eadem consonantia dictaminis cadunt. In aliquo tamen cantu clauditur per versum ab aliis consonantia discordantem… »

— Compte rendu de Thurau, Singen und Sagen, Zs. f. franz. Sprache u. Literatur, XLI² (1913), 137–66,

P. 142–3 : sur la succession : « si comença a dire. Or se cante » (XII–XIII, XXIV–XXV, XXXII–XXXIII), dont la contradiction n’est qu’apparente ; c’est la formule d’introduction du chanteur.

Ph. Aug. Becker, Compte rendu de Singer, Mittelalter und Renaissance. Zs. f. franz. Sprache u. Literatur, XXXVIII³ (1911), 31–35.

P. 32 : « L’essai d’union du vers et de la prose, du récit et du chant… paraît l’essai d’un homme qui avait conscience de sa triple qualité de virtuose : le don du chant (et le jeu d’instruments), l’art du conteur plaisant et l’art du dialogue mimé avec changement de voix. »

H. Brunner, Ueber Aucassin und Nicolete. Inaug. Diss. Halle-Wittenberg ; Halle, 1880.

Étude littéraire ; l’auteur d’A. et N. a visité la Provence ; le nom d’Aucassin est identique à l’arabe Alcazin, nom d’un roi maure de Cordoue (1019–1021) ; notes sur les imitations de la chantefable.

L. Clédat, Revue de philologie française, XXXVIII (1926), 82–3, compte rendu de l’édition Roques.

Préfère, pour XXXV 11, ne vou[s] sai.

V. Crescini, Dai tempi antichi ai tempi moderni ; Milan, 1904.

P. 49–50 : Postilla a « Aucassin et Nicolette ». Sur XV 18, pour le maintien de « S’or ne t’i gardes » à cause de XVI 3 : « je m’en garderai bien », mais cf. Suchier, Zs. f. rom. Phil., XXX, 521 : XVI 3 peut répondre à XV 13 : « garde toi des souduians ».

Per l’esordio della cantafavola su Alcassino e Nicoletta ; Napoli, 1912 (Studi pubblicati in onore di Francesco Torraca).

Le viel antif du v. 2 désignerait le comte Garin ; deport signifierait alors « conduite, histoire ».

R. Dockhorn, Zur Textkritik von Aucassin and Nicolette. Inaug. Diss. Halle-Wittenberg ; Halle, 1913.

Relevé minutieux des variantes de toutes les éditions et des corrections proposées par tous les commentateurs. Une seconde partie présente de nouvelles conjectures tendant à unifier le texte, à multi-