Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
XIII, 11 — XIV, 9

s’oï Aucassin plourer [b]
et s’amie regreter ;
or parla, dist son penser : 5
« Aucassins, gentix et ber,
frans damoisiax honorés,
que vos vaut li dementer,
li plaindres ne li plurers,
quant ja de moi ne gorés ? 10
car vostre peres me het
et trestos vos parentés.
Por vous passerai le mer,
s’irai en autre regné. »
De ses caviax a caupés, 15
la dedens les a rüés.
Aucassins les prist, li ber,
si les a molt honerés
et baisiés et acolés ;
en sen sain les a boutés ; 20
si recomence a plorer,
tout por s’amie.


XIV. or dient et content et fabloient.

Qant Aucassins oï dire Nicolete qu’ele s’en voloit aler en
autre païs, en lui n’ot que courecier.
« Bele douce amie, fait il, vos n’en irés mie, car dont
m’ariis vos mort ; et li premiers qui vos verroit ne qui vous
porroit, il vos prenderoit lués et vos meteroit a son lit, si vos 5
asoignenteroit. Et puis que vos ariiés jut en lit a home, s’el
mien non, or ne quidiés mie que j’atendisse tant que je tro-
vasse coutel dont je me peusce ferir el cuer et ocirre. Naie
voir, tant n’atenderoie je mie ; ains m’esquelderoie de si