Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
AUCASSIN ET NICOLETTE

lonc que je verroie une maisiere | u une bisse pierre, s’i hur- [c]
teroie si durement me teste que j’en feroie les ex voler et
que je m’escerveleroie tos : encor ameroie je mix a morir de
si faite mort que je seusce que vos eusciés jut en lit a home,
s’el mien non.
— A ! fait ele, je ne quit mie que vous m’amés tant con vos 15
dites ; mais je vos aim plus que vos ne faciés mi.
— A voi ! fait Aucassins, bele douce amie, ce ne porroit estre
que vos m’amissiés tant que je fac vos. Fenme ne puet tant
amer l’oume con li hom fait le fenme ; car li amors de le
fenme est en son oeul et en son le cateron de sa mamele et 20
en son l’orteil del pié ; mais li amors de l’oume est ens el
cué plantée, dont ele ne puet iscir. »
La u Aucassins et Nicolete parloient ensanble, et les escar-
gaites de le vile venoient tote une rue ; s’avoient les espees
traites desos les capes, car li quens Garins lor avoit conmandé 25
que, se il le pooient prendre, qu’i l’ocesissent. Et li gaite qui
estoit sor le tor les vit venir, et oï qu’il aloîent de Nicolete
parlant et qu’il le maneçoient a occirre.
« Dix ! fait il, con grans damages de si bele mescinete,
s’il l’ocient ! Et molt seroit grans aumosne, se je li pooie dire, 30
par quoi il ne s’aperceuscent, et qu’ele s’en gardast ; car s’i
l’ocient, dont iert Aucassins mes damoisiax mors, dont grans
damages ert. »


XV. or se cante.

Li gaite fu mout vaillans,
preus et cortois et saçans ; [d]
il a comencié un cant
ki biax fu et avenans.
« Mescinete o le cuer franc, 5
cors as gent et avenant.