Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
XIV, 10 — XVI, 17

le poil blont et reluisant,
vairs les ex, ciere riant ;
bien le voi a ton sanblant,
parlé as a ton amant 10
qui por toi se va morant.
Jel te di et tu l’entens :
garde toi des souduians
ki par ci te vont querant,
sous les capes les nus brans ; 15
forment te vont maneçant,
tost te feront messeant,
s’or ne t’i gardes. »


XVI. or dient et content et fabloient.

« Hé ! fait Nicolete, l’ame de ten pere et de te mere soit en
benooit repos, quant si belement et si cortoisement le m’as
ore dit. Se Diu plaist, je m’en garderai bien, et Dix m’en
gart ! »
Ele s’estraint en son mantel en l’onbre del piler, tant que 5
cil furent passé outre ; et ele prent congié a Aucassin, si s’en
va tant qu’ele vint au mur del castel. Li murs fu depeciés,
s’estoit rehordés, et ele monta deseure, si fist tant qu’ele fu
entre le mur et le fossé ; et ele garda contreval, si vit le
fossé molt parfont et molt roide, s’ot molt grant paor. 10
« Hé ! Dix, fait ele, douce creature ! se je me lais caïr, je
briserai le col, et se je remain ci, on me prendera demain,
si m’ardera on en un fu. Encor ainme je mix que je muire
ci que tos li pules me regardast demain a merveilles. » [75]
Ele segna son cief, si se laissa glacier aval le fossé, et quant 15
ele vint u fons, si bel pié et ses beles mains, qui n’avoient
mie apris c’on les bleçast, furent quaissies et escorcies et li