Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
AUCASSIN ET NICOLETTE

sans en sali bien en dose lius, et ne por quant ele ne santi ne
mal ne dolor por le grant paor qu’ele avoit. Et se ele fu en
paine de l’entrer, encor fu ele en forceur de l’iscir. Ele se 20
pensa qu’ileuc ne faisoit mie bon demorer, e trova un pel
aguisié que cil dedens avoient jeté por le castel deffendre, si
fist pas un avant l’autre, si monta tant a grans painnes qu’ele
vint deseure. Or estoit li forés près a deus arbalestees, qui
bien duroit trente liues de lonc et de lé, si i avoit bestes sau- 25
vages et serpentine : ele ot paor que, s’ele i entroit, qu’eles
ne l’ocesiscent, si se repensa que, s’on le trovoit ileuc, c’on le
remenroit en le vile por ardoir.


XVII. or se cante.

Nicolete o le vis cler
fu montee le fossé,
si se prent a dementer
et Jhesum a reclamer :
« Peres, rois de maïsté, 5
or ne sai quel part aler :
se je vois u gaut ramé, [b]
ja me mengeront li lé,
li lion et li sengler,
dont il i a a plenté ; 10
et se j’atent le jor cler,
que on me puist ci trover,
li fus sera alumés
dont mes cors iert enbrasés ;
mais, par Diu de maïsté, 15
encor aim jou mix assés
que me mengucent li lé,
li lion et li sengler,