Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
20
AUCASSIN ET NICOLETTE

Ma dehait qui vos en croit, ne qui ja li dira ! Vos estes fee,
si n’avons cure de vo conpaignie, mais tenés vostre voie.
— Ha ! bel enfant, fait ele, si ferés. Le beste a tel mecine 30
que Aucassins ert garis de son mehaing ; et j’ai ci cinc sous
en me borse : tenés, se li dites ; et dedens trois jors li covient
cacier, et se il dens trois jors ne le trove, ja mais n’iert garis
de son mehaig.
— Par foi, fait il, les deniers prenderons nos, et s’il vient 35
ci, nos li dirons, mais nos ne l’irons ja quere.
— De par Diu ! » fait ele.
Lor prent congié as pastoriaus, si s’en va.


XIX. or se cante.

Nicolete o le cler vis
des pastoriaus se parti,
si acoilli son cemin
tres par mi le gaut foilli
tout un viés sentier anti, [d]
tant qu’a une voie vint
u aforkent set cemin
qui s’en vont par le païs.
A porpenser or se prist
qu’esprovera son ami 10
s’i l’aime si com il dist.
Ele prist des flors de lis
et de l’erbe du garris
et de le foille autresi,
une bele loge en fist, 15
ainques tant gente ne vi.
Jure Diu qui ne menti,
se par la vient Aucasins