Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
AUCASSIN ET NICOLETTE

ou ses cevaus estoit ; il fait metre le sele et le frain ; il met
pié en estrier, si monte, et ist del castel ; et erra tant qu’il
vint a le forest, et cevauca tant qu’il vint a le fontaine, et
trove les pastoriax au point de none ; s’avoient une cape
estendue sor l’erbe, si mangoient lor pain et faisoient 30
mout tresgrant joie.


XXI. or se cante.

Or s’asanlent pastouret,
Esmerés et Martinés,
Früelins et Johanés,
Robeçons et Aubriés.
Li uns dist : « Bel conpaignet, 5
Dix aït Aucasinet,
voire a foi ! le bel vallet ;
et le mescine au corset [b]
qui avoit le poil blondet,
cler le vis et l’oeul vairet, 10
ki nos dona denerés
dont acatrons gastelés,
gaïnes et coutelés,
flaüsteles et cornés,
maçüeles et pipés, 15
Dix le garisse ! »


XXII. or dient et content et fabloient.

Quant Aucassins oï les pastoriax, si li sovint de Nicolete
se tresdouce amie qu’il tant amoit, et si se pensa qu’ele avoit
la esté ; et il hurte le ceval des eperons, si vint as pastoriax.
« Bel enfant, Dix vos i aït !