Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
AUCASSIN ET NICOLETTE

le mena en le cité de Cartage tant qu’il seut bien que c’estoit
se fille, si en fist molt grant feste ; si li veut on doner cas-
cun jor baron un des plus haus rois de tote Espaigne ; mais 10
ele se lairoit ançois pendre u ardoir qu’ele en presist nul
tant fust rices.
— Ha ! biax dox amis, fait li quens Aucassins, se vous
voliiés raler en cele terre, se li dississçiés qu’ele venist a mi
parler, je vos donroie de mon avoir tant con vos en oseriés 15
demander ne prendre. Et saciés que por l’amor de li ne voul
je prendre fenme tant soit de haut parage, ains l’atenc, ne ja
n’arai fenme se li non ; et se je le seusce u trover, je ne
l’eusce ore mie a querre.
— Sire, fait ele, se vos çou faissiés, je l’iroie querre por 20
vos et por li que je molt aim. »
Il li afie, et puis se li fait doner vint livres. Ele se part de
lui, et il pleure por le douçor de Nicolete ; et quant ele le
voit plorer :
« Sire, fait ele, ne vos esmaiiés pas, que dusqu’a 25
pou le vos arai en ceste vile amenee, se que vos le
verrés. »
Et quant Aucassins l’oï, si en fu molt liés. Et ele se part
de lui, si traist en le vile a le maison le viscontesse, car li
visquens ses parrins estoit mors. Ele se herbega la, si parla a 30
li tant qu’ele li gehi son afaire et que le viscontesse le recou-
nut et seut bien que c’estoit Nicolete et qu’ele l’avoit norrie ;
si le fist | laver et baignier et sejorner uit jors tous plains. Si [c]
prist une herbe qui avoit non esclaire, si s’en oinst, si fu ausi
bele qu’ele avoit onques esté a nul jor ; se se vesti de rices 35
dras de soie, dont la dame avoit assés, si s’assist en le can-
bre sor une cueute pointe de drap de soie, si apela la dame et
li dist qu’ele alast por Aucassin son ami. Et ele si fist, et
quant ele vint u palais, si trova Aucassin qui ploroit et