Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


j’attends !… (La secouant violemment.) Qu’est-ce qui t’arrête ?


Séraphine, s’arrache à son étreinte et d’une voix sourde.

Je ne veux pas être pauvre.


Pommeau.

Ah ! je l’ai tirée du néant, et le pain dont je me contente n’est plus assez bon pour elle !


Séraphine.

Quand on n’est pas riche, on ne se marie pas.


Pommeau.

Misérable ! (Il lève le bras et s’arrêtant soudain.) Je la tuerais.

Il sort précipitamment.



Scène IX

SÉRAPHINE, VICTOIRE.



Victoire, entrant par la gauche.

Qu’est-ce qu’a donc monsieur, madame ?


Séraphine.

Est-ce que je sais ?… Viens m’habiller.