Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ACTE CINQUIÈME


Même décor qu’au deuxième acte.
Onze heures du soir : une lampe allumée sur le bureau de Léon.


Scène première

THÉRÈSE, LÉON.



Léon, après un silence.

Thérèse…


Thérèse, très froidement.

Plaît-il ?


Léon.

Tu ne me pardonneras jamais, n’est-ce pas ?


Thérèse.

Jamais !


Léon.

Tu savais tout pourtant, et tu te taisais !