Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


place je la répudierais, sans poursuivre davantage une réparation que vous n’obtiendrez pas.


Pommeau.

C’est ce que nous verrons… Il m’est venu une idée entre mille, et celle-là m’est restée ! Bien des choses échappent d’abord, qui reviennent plus tard. Cette voiture versée dans les Champs-Élysées, vous vous rappelez, cette femme qui s’enfuyait… Pendant votre récit, avez-vous remarqué dans quel trouble elle était ? Mon esprit me reporte à mille circonstances. Je la vois, c’était elle !


Bordognon.

Qu’allez-vous vous figurer là ?


Pommeau.

C’était elle !


Thérèse, à part.

Je tremble !


Pommeau.

Thérèse, sur ton honneur, tu ne te doutais de rien ?


Thérèse.

Moi ?


Pommeau.

Et vous, Léon ?


Bordognon.

Demain, mon cher monsieur Pommeau, demain.


Pommeau, à Thérèse.

Il faudra me chercher une chambre dans le voisinage ; que je ne te quitte plus. Pour aujourd’hui…


Bordognon.

Je vous emmène… J’ai ma voiture en bas, chez moi