Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Bordognon.

J’ai beau la tourner et la retourner… (À Pommeau.) Parcourez-vous quelquefois dans le journal la liste des objets perdus ?…


Pommeau.

Et rapportés à la Préfecture ?… Je n’y manque jamais.


Bordognon.

Parmi ces objets, n’avez-vous pas été frappé du nombre de ceux qu’on égare en voiture ?


Pommeau.

Parfaitement…


Bordognon.

Et qui semblent, par leur dimension, leur importance ou leur espèce, défendus de tout oubli pour peu que leur propriétaire soit de sang-froid ?…


Pommeau.

Oui-da, mais je ne saisis pas…


Séraphine.

Eh bien ?

Bordognon et Pommeau se lèvent.

Bordognon.

Eh bien, voilà principalement pourquoi je ne me marie pas.


Thérèse.

Est-ce un logogriphe ?


Bordognon.

Ah ! madame !… On ne saura jamais ce qu’à deux