Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pommeau.

Ce qu’il y a de plus grave, c’est qu’elles semblaient parler par ouï-dire. — On le dit donc ? C’est donc vraisemblable ?


Thérèse.

Eh ! mon ami, le monde n’est pas dans le secret des procédés économiques de Séraphine ; c’est là le danger de cette industrie que vous admiriez l’autre jour ; elle lui donne l’apparence de dépenser beaucoup, et comme on sait que vous n’êtes pas riche, on cherche une explication à l’élégance de votre femme ; la malignité est heureuse de trouver celle-là !


Pommeau.

Sais-tu ce qu’elles ajoutaient ? qu’en parlant à Séraphine, tu avais l’air embarrassée de la connaître.


Thérèse.

Moi ! Rentrons dans le salon, je vais lui donner le bras.


Pommeau.

Je t’en prie !… Voilà qui me rassure plus que tout le reste.

Ils sortent par le fond à gauche.



Scène VIII

HENRIETTE, Invités, puis BORDOGNON, entrant par la droite.



Henriette.

Tenez, vous êtes insupportables ! les vilains garçons avec leur affreux baccarat.