Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
174
ORGUEIL

et d’apprendre qu’il était généralement aimé. Revenue près de Charlotte, elles causaient ensemble, lorsque M. Darcy vint demander Élisabeth pour la prochaine contredanse ; elle s’y attendait si peu, qu’elle accepta sans y songer, et à peine l’eut-il quittée, qu’elle se mit à déplorer son peu de présence d’esprit. Charlotte tâcha de la consoler :

« Je suis persuadée, dit-elle, que vous le trouverez fort aimable.

» — Le ciel m’en préserve ! J’en serais au désespoir. Peut-on trouver aimable un homme qu’on veut détester ? Ne me souhaitez pas un pareil tourment. »

M. Darcy, la musique recommençant, vint réclamer sa main, et Charlotte ne put s’empêcher de conseiller tout bas à son amie de n’être pas interdite, et de prendre garde que sa partialité en faveur de Wickham ne lui fît tort aux yeux d’un homme dix fois plus important que lui.

Élisabeth, sans faire de réponse, prit sa place parmi les danseuses, qui, la voyant honorée à ce point d’avoir M. Darcy