Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
ET PRÉVENTION

Lizzy n’a d’entêtement que sur certaines choses ; en général c’est la meilleure enfant du monde : je vais de ce pas parler à M. Bennet, et soyez sûr que nous saurons la rendre raisonnable » ; et, sans lui donner le temps de répondre, elle alla trouver son mari.

« Oh ! monsieur Bennet, s’écria-t-elle en entrant, votre présence m’est nécessaire ; toute la maison est en confusion ; venez forcer Lizzy à épouser M. Colins, car elle déclare qu’elle ne veut point de lui, et si vous ne faites diligence, il changera lui-même d’avis, et ne voudra plus d’elle. »

M. Bennet, lorsqu’elle entra, levant les yeux de dessus son livre, les porta sur elle avec l’air d’une profonde indifférence, que ne put en rien altérer la vivacité de ce récit.

« Je n’ai pas le bonheur de vous comprendre, lui dit-il, dès qu’elle eut fini, de quoi me parlez-vous ?

» — De M. Colins et de Lizzy ! Lizzy assure qu’elle n’épousera pas M. Colins,