Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
231
ET PRÉVENTION

sonnables. Mon frère était, dès l’année passée, fort assidu auprès de Mlle Darcy ; il aura cet hiver occasion de la voir encore plus fréquemment : les parens désirent autant que nous ce mariage, et la partialité d’une sœur ne m’abuse pas. Je crois que Charles possède merveilleusement tout ce qui peut plaire à une femme. Avec tant de circonstances pour favoriser un attachement, et rien qui puisse y mettre obstacle, ai-je tort, alors, bien aimée Hélen, d’espérer un événement qui fera le bonheur de tant de personnes ?

» — Que pensez-vous de cette dernière phrase ? dit Hélen en finissant. Elle est, ce me semble, assez expressive. Caroline ne déclare-t-elle pas franchement qu’elle ne croit ni ne désire m’avoir pour sœur ; qu’elle est parfaitement convaincue de l’indifférence de son frère ; et si elle soupçonne mes sentimens pour lui, ne veut-elle pas, avec bonté, me tirer de mon erreur ; peut-on avoir deux opinions sur ce point ?