Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
65
ET PRÉVENTION

la faire remarquer, si ce n’est d’être une excellente marcheuse. Je n’oublierai de la vie la mine qu’elle avait ce matin !

» — Je l’ai crue folle, en vérité.

» — Cela est exact, Louisa, j’ai eu toutes les peines du monde à m’empêcher de rire. Quel ridicule de courir la campagne ainsi, seule… ; de se présenter dans un état…, les cheveux en désordre…, la figure rouge… ; et tout cela, parce que sa sœur a un rhume !

» — Oh oui ! Et son jupon !… j’espère que vous avez remarqué son jupon ? Un pied de boue… ; sa robe, qu’elle avait baissée pour cacher tout cela, le faisant paraître un peu mieux.

» — Ce portrait peut être exact, Louisa, dit M. Bingley, mais moi ce n’est pas là ce que j’ai remarqué : j’ai trouvé miss Bennet fort jolie lorsqu’elle est entrée ce matin, et cette boue à son jupon ne m’a pas frappé comme vous.

» — Vous vous en êtes aperçu, M. Darcy, j’en suis sûre ? dit Mlle Bingley. Je