Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
188
MILLE ET UN JOURS

Nous, sujets anglais habitant la libre Amérique, dont les ancêtres ont lutté plus d’un demi-siècle contre les coteries administratives de toute espèce, qui nous efforçons aujourd’hui de pratiquer le système représentatif anglais sous sa forme la plus largement démocratique, il nous est difficile de concevoir l’abdication volontaire de toute participation dans l’administration des affaires publiques, par un citoyen de l’importance de l’officier Block.

Voici un professeur, homme de 35 à 40 ans, qui nous confessait n’avoir jamais enregistré un vote, — il s’en glorifiait même, — et lorsque je lui exprimais ma profonde surprise, et que je lui demandais quels pouvaient être les motifs de son abstention, il me faisait, naïvement mais sincèrement, cette réponse renversante : — « N’avons-nous pas notre kaiser, qui est en même temps roi de Prusse, pour gouverner efficacement le pays ? »

Un autre trait qui peint bien l’état d’âme d’un officier prussien. C’était à l’époque où la mort de Lord Kitchener, noyé dans la mer d’Écosse, couvrit d’un voile de deuil toute l’Angleterre. Cette nouvelle, comme toutes les mauvaises nouvelles, me fut apportée par notre officier avec beaucoup d’empressement. On s’étonnera assurément, comme nous nous sommes tous étonnés à la prison, de ce manque de tact.

— « Kitchener, dit-il, est noyé !!! »…