Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
MILLE ET UN JOURS

l’horizon leur en révélait la véritable nature. Un rassemblement se fit, et l’on nous annonça que c’était réellement la flotte anglaise qui croisait au large.

L’espoir de ces braves gens semblait se fixer sur cette formidable puissance navale. J’eus l’honneur de provoquer, en cette occasion, les acclamations de cette foule à l’adresse de la flotte britannique.

Du moment qu’il fut connu en Belgique que l’Allemagne avait signifié à l’Angleterre sa détermination d’entrer dans le conflit pour revendiquer l’honneur des traités, la confiance sembla renaître et une atmosphère de sérénité régna, — momentanément du moins, — dans tout le pays… Dès lors, devenant, par ma qualité de citoyen britannique, un allié de la brave nation belge, je me rendis à Anvers pour offrir mes services en entrant dans le corps médical. Ai-je besoin d’ajouter qe mon offre fut immédiatement acceptée. J’entrai tout de suite en fonctions à l’hôpital Sainte-Elisabeth sous la haute direction du célèbre chirurgien anversois, le docteur Conrad.

Cet hôpital avait pour infirmières des dames religieuses. Je ne me rappelle plus le nom de leur congrégation. Le dévouement de ces nobles femmes est au-dessus de tout éloge, et tout ce qui a été dit, à leur sujet, chez tous les peuples et dans toutes les langues, n’exprime qu’une bien faible partie de leur immense mérite.

Ce n’est que vers le milieu d’août que les premiers