Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
26
MILLE ET UN JOURS

Je me rappelle en particulier un lieutenant d’artillerie qui me fit un récit de ce qui séetait passé, pendant le bombardement, dans le fort où il se trouvait. Tout habitué qu’il était aux détonations formidables des canons de tout calibre, il ne pouvait trouver d’expressions assez fortes pour me donner une idée adéquate de ce qu’était la puissance d’explosion d’un projectile sortant de la bouche d’un howitzer de 28 centimètres, ou d’un canon de 42.

Je crois que c’est samedi, le 3 octobre, que la nouvelle se répandit, comme une traînée de poudre, que M. Winston Churchill, alors premier lord de l’Amirauté anglaise, se trouvait dans les murs d’Anvers. Quelques heures plus tard on nous rapporte que M. Churchill est parti en assurant aux autorités belges que des renforts leur seraient immédiatement envoyés. En effet, le lendemain et le lundi suivant, nous vîmes défiler, au milieu de l’enthousiasme débordant de toute la population, ces braves marins anglais. Ils traversèrent la ville depuis les rives de l’Escaut jusqu’aux forts du sud-est où ils prirent place dans les tranchées belges.

Dans la forteresse assiégée, la confiance un moment ébranlée sembla renaître plus vivace que jamais. Il nous fait plaisir d’affirmer que la conduite de la brigade anglaise a été au-dessus de tout éloge. Elle fut tout simplement héroïque. Je n’ignore pas les critiques que l’on fit en pays anglais, dans la presse quotidienne et dans les grandes revues au sujet de l’envoi non judicieux — comme on l’écrivait — de ces