Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mairie, puis disparaître. Celui-là, nous ne l’avons jamais revu.

Dans l’après-midi de samedi, 10 octobre, une compagnie de fantassins arriva à la maison communale. Un bref commandement est donné : deux militaires se détachent, entrent à la mairie, et quelques minutes plus tard, la foule sur la place publique assiste à la cérémonie humiliante et souverainement douloureuse de la descente du drapeau belge, qui flottait là depuis près de cent ans. À sa place montait le drapeau allemand. Capellen était définitivement soumis à l’occupation teutonne. Comme ce village est le dernier au nord de la place fortifiée d’Anvers, il s’ensuit que le drapeau allemand flottait alors sur toute la terre belge, depuis la frontière de France jusqu’à celle de Hollande.