Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ἐπ’ ἑωυτοῦ βαλόμενος, Hdt. s’étant mis de lui-même (qqe ch. ) dans l’esprit, ayant décidé d’après son propre jugement || 2 jeter pour soi, pour son usage : β. ἄγκυραν, Hdt. jeter l’ancre [R. Βαλ, d’où Βλη, lancer ; Βάλλω = *βαλϝω ; cf. lat. volvo].

βάλοισθα, 2, sg. ao. épq. opt. ao. 2 de βάλλω.

βαλόμην, ao. 2 moy. poét. de βάλλω.

βαλός, dor. c. βηλός.

βᾶμα, dor. c. βῆμα.

βαμβαινω (seul. prés. et impf.) claquer des dents, trembler de frayeur ou de froid.

βάμμα, ατος (τὸ) teinture [βάπτω].

βάν 3 pl. aop. 2 poét. de βαίνω.

βαναυσια, ας () travail manuel, d’où habitudes d’un artisan, vulgarité [βάναυσος].

βαναυσικός, ή, όν d’artisan [βάναυσος].

βάναυσος, ου (ὁ, ἡ) Ι subst. 1 ouvrier (ouvrière) qui travaille au feu d’un fourneau || 2 p. ext. ouvrier sédentaire || II adj. 1 d’ouvrier, d’artisan : β. τέχνη, Soph. Plut. métier d’artisan || 2 p. suite, vulgaire, de mauvais goût.

βαναυσουργία, ας () travail manuel [βάναυσος, ἔργον].

βάξις, εως () 1 réponse d’oracle || 2 bruit, rumeur [R. Βαγ, parler ; cf. βάζω].

βαπτίζω, f. ίσω, att. ιῶ : 1 plonger, immerger ou submerger : ἑαυτὸν εἰς θάλασσαν, Plut., se plonger dans la mer ; fig. ὀφλήμασι βεβαπτισμένος, Plut., couvert (litt. submergé) de dettes || 2 plonger (un vase) pour puiser, d’où puiser : φιάλαις β. ἐκ κρατήρων, Plut., puiser avec des tasses dans des cratères [βάπτω].

βαπτός, ή, όν : 1 plongé (dans un liquide), d’où teint || 2 où l’on peut puiser [adj. verb. de βάπτω].

Βάπτω (f. βάψω, ao. ἔβαψα, pf. inus. ; pass. ao. ἐβάφην, pf. βέβαμμαι) I tr. plonger, immerger : είν ὕδατι, Od. dans l’eau ; ἐν σφαγαῖσι β. ψίφος, Eschl. plonger une épée dans le corps d’un homme et le tuer ; β. ἔγχος πρὸς Ἀργρίων στρατῷ, Soph. plonger son épée dans les rangs de l’armée argienne ; particul. 1 plonger (du fer, de l’acier) dans l’eau, d’où tremper (du fer, de l’acier) || 2 teindre ; enduire d’un poison, en parl. de traits || 3 plonger pour puiser, d’où puiser : β. ποντίας ἁλός, Eur. plonger (un vase pour puiser de l’eau) dans la mer || II intr. se plonger, s’enfoncer dans l’eau, en parl. d’un navire ; β. κῦμα, Babr. s’enfoncer dans les flots, en parl. d’un navire [R. Βαφ, plonger]

βάραθρον, ου (τὸ) abîme, gouffre ; part, à Athènes, barathre, gouffre où l’on précipitait les condamnés (cf. à Sparte καιάδας) [R. Βορ, dévorer ; cf. lat. vorago].

βαραθρώδης, ης, ες, semblable à un précipice [βάραθρον, -ωδης].

βαρβαρίζω (f. ίσω, att. -ιῶ) 1 agir ou parler comme un étranger ou un barbare || 2 parler une langue d’une manière barbare, faire des barbarismes [βάρβαρος].

βαρβαρικός, ός, όν : 1 d’étranger, de barbare, qui concerne les étrangers ou les barbares ; τὸ βαρβαρικόν, les barbares || 2 barbare, cruel : τὸ βαρβαρικόν, Luc. manière barbare [βάρβαρος].

βαρβαρικῶς, adv. 1 en langue barbare, c. à d. en langue étrangère, particul. en langue persane || 2 avec barbarie || Cp. -ώτερον.

βαρβαρισμός, οῦ () langage inintelligible comme serait une langue étrangère [βαρβαρίζω].

βαρβαριστί, adv. à la façon des barbares [βαρβαρίζω].

βάρβαρος, ος, ον : I étranger, barbare, c. à d. non grec : ἡ βάρβαρος (s. e. γῆ) les pays étrangers : οἱ βάρβαροι, les étrangers, p. opp. aux Grecs, particul. les Mèdes et les Perses ; β. φωνή, Eschl. γλῶσσα β. Soph. langue étrangère ou barbare || II p. suite, qui concerne les étrangers ou barbares : βάρβαρος πόλεμος, Thc. guerre étrangère, avec les barbares || III semblable au langage ou aux mœurs des barbares, d’où : 1 barbare, incorrect || 2 grossier, non civilisé [cf. lat. balbus].

βαρβαρο·φονος, ος, ον, qui parle une langue étrangère ; p. suite, qui parle comme un étranger, c. à d. au parler rude [β. φώνη].

βαρβαρόω-ῶ, f. ώσω, rendre barbare, d’où au pass. être barbare, c. à d. inintelligible [βάρβαρος].

βάρδιστος, v. βραδύς.

βαρέω-ῶ (impf. ἐβάρουν, f. βαρήσω, ao. ἐβάρησα, pf. βεβάρεκα ; pass. ao. : βαρήθην, pf. βεβάρημαι) 1 tr. charger d’un poids lourd, alourdir || 2 intr. (au part. pf. épq. βεβαρηώς) être alourdi (par le vin) [βάρος].

βαρέως, adv. pesamment, d’ou péniblement, avec peine ; β. φέρειν τι, supporter qqe ch. avec peine ; β. ἀκούειν, Xén. écouter avec ennui || Sup. βαρύτατα [βαρύς].

βᾶρις, ιδος () barque égyptienne ou persane [mot égyptien].

Βαρκαῖος, α, ον, de Barkè, ville de Libye.

βάρος, εος-ους (τὸ) pesanteur, poids ; d’où : I en mauv. part : charge, fardeau ; fig. en parl. d’ordres, d’impôts, etc. : σίγης β. Soph. silence qui pèse ; β. πημονῆς, Soph. poids de la douleur ; d’où abs. malheur, infortune || II en b. part : 1 plénitude, abondance (de fortune, de bonheur, etc.) || 2 puissance, crédit, autorité || 3 gravité [cf. βαρύς].

βαρυ·άλγητος, ος, ον, qui cause une vive souffrance [β. ἀλγέω].

βαρυ·αχής, ής, ές, très douloureux [β. ἄχος].

βαρυ·βρεμέτης, ου, adj. m. qui produit un bruit ou un grondement sourd [β. βρέμω].

βαρυ·βρώς, ῶτος (, ) qui dévore cruellement [β. βιβρώσκω].

βαρυδαιμονία, ας (), grave infortune [βαρυδαίμων].

βαρυ·δαίμων, ων, ον, gén. ονος, dont le sort pèse lourdement, malheureux, infortuné.

βαρύ·δικος, ος, ον, qui punit durement [β. δίκη].

βαρυ·δότειρα, ας, adj. f. qui accable de maux.

βαρυ·εγκέφαλος, ος, ον, qui a la cervelle pesante [β. ἐγκέφαλον].